auteur : G.R.R.Martin

   éditeur : Pygmalion

   thèmes : médiéval fantasy

   pages : 1225

   parution : 2013

 Dans ce troisième volume, George RR Martin continue de nous   entraîner dans un monde fabuleux où les familles de ses héros se ramifient au coeur de régions plus mystérieuses les unes que les autres : grottes, collines creuses, hameau de feuilles, forteresses imprenables. Ici entrent également en scène des monstres terrifiants, esclaves de forces maléfiques qui n’ont qu’un but sur terre : éradiquer toute trace d’humanité. Odieuses mutilations, drames sanglants, mariages imposés, traîtres sans vergogne, vengeances cruelles longuement mûries, équipées punitives, se succèdent au fil deces pages éblouissantes. Car rien n’arrête l’imagination foisonnante de George R. R. Martin qui poursuit là l’un des cycles romanesques et visionnaires les plus originaux de tous les temps.

ATTENTION !!! Spoiler des tomes précédents !

De quoi ça parle :

Le roi Joffrey est conforté sur le Trône de fer. En effet Renly Baratheon est mort, son frère Stannis a été vaincu devant les portes de Port-Réal tandis que les terres de Robb Sark ont été prises par les fer-nés. Grâce à la ruse de Tyrion et le courage de Tywin Joffrey a conservé son trône mais les ennemis de la maison Lannister n’ont pas dit leur dernier mot.

Comment ça nous est raconté:

Comme dans les deux premiers intégrales, chaque chapitre est attribué à un personnage. Dans celui-ci le lecteur a plusieurs nouveaux points de vue, notamment celui de Jaime Lannister. C’est bien écrit, le vocabulaire utilisé est riche. Les chapitres sont assez longs. Parfois ils ne sont pas articulés de manière chronologique, le lecteur ne s’y perd pas pour autant, tout est géré à la perfection.

« – Arrangez-vous toujours pour embrouiller vos adversaires. S’ils ne savent jamais avec certitude qui vous êtes ou ce que vous voulez, ils sont incapables de concevoir ce que vous risquez de faire le coup d’après. La meilleure façon, parfois, de les déconcerter consiste à accomplir des gestes qui n’ont aucun but, voire même à paraître oeuvrer contre ses propres intérêts. Souvenez-vous de cela, Sansa, quand vous en viendrez à jouer le jeu.

– Le… quel jeu?

– L’unique jeu. Le jeu des trônes. »

Ce que j’en pense :

Ce livre surpasse les précédents, G.R.R.Martin réussit l’exploit de tenir son lecteur en haleine sur plus de 1200 pages sans le perdre. À la fin de l’intégrale 2 je me posais énormément de questions. Après cette lecture beaucoup restent encore sans réponse.

Quand je regarde où j’en étais dans l’histoire au début du roman et où j’en suis maintenant après avoir terminé, ça me semble très loin. Il se passe tant de choses. Ce troisième tome est terriblement sanglant. Les personnages tombent comme des mouches. Meurtres, complots et manigances sont au programme. J’ai été particulièrement surpris et surtout horrifié par un événement se déroulant dans la seconde partie du roman.

Ce que j’apprécie dans cette saga c’est de voir évoluer les personnages au fil des pages, d’étudier leur psychologie. Pour certains, c’est difficile de comprendre leurs objectifs. Lors de cette lecture j’en suis venu à aimer certains personnages qui m’insupportaient pourtant avant. Je les apprécie pour leur perfidie, leurs manipulations. Rassurez-vous ce troisième volet comporte encore son lot d’individus exaspérants.

J’admire l’auteur pour la complexité de son monde mais aussi pour le nombre de personnages qu’il a créé. Pas facile de s’y retrouver. Je pense qu’il doit travailler avec des arbres généalogiques et des cartes de son monde à porter de main.

Le Trône de fer est une série incroyable. Quel plaisir d’avoir encore des milliers de pages à lire. Je ne suis pas au bout de mes surprises !

 Je suis coupable d’un crime bien plus monstrueux. […] Je suis né. J’ai vécu. Je suis coupable d’être nain, je le confesse. Et, malgré les innombrables fois où mon père a eu la bonté de me pardonner, j’ai néanmoins persisté dans mon ignominie. […] Vous me forcez de me repentir de n’être pas le monstre que vous seriez aise de voir en moi, mais le fait est là, j’ai beau être innocent, ce n’est pas ici qu’on me rendra justice.

Note :

  • originalité 100%
  • personnages 100%
  • histoire 100%
  • écriture 100%

N’hésite pas à mettre un commentaire 😉

%d blogueurs aiment cette page :