auteur : Laini Taylor

   éditeur : Lumen

   thèmes : Fantasy

   pages : 670

  parution : 2018C’est le rêve qui choisit le rêveur, et non l’inverse…

 Il est une ville, au centre du désert, où nul n’a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois   d’interminables caravanes chargées de trésors   mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde… Pire encore, un soir d’hiver, le nom de ce lieu de légende s’évanouit en un clin d’œil de la mémoire de tous – Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans à peine, ne fait pas exception à la règle. Frappé au cœur, le petit garçon restera irrémédiablement fasciné par cette énigme. 

Quinze ans plus tard, il travaille dans la plus grande bibliothèque du monde, à Zosma, en rêvant de fabuleuses découvertes quand, de la Cité oubliée, émerge tout à coup une curieuse expédition venue recruter les meilleurs scientifiques du continent. Pourquoi diable s’obstiner à réunir ces esprits éminents ? Mystère… Et pourquoi Lazlo voit-il donc ses songes se peupler de visions étranges – à commencer par une déesse à la peau bleue pourtant assassinée, des années plus tôt, par les habitants de la ville interdite ? Qui est-elle vraiment ? Comment le jeune homme, qui ignore tout de sa légende, peut-il bien la voir en rêve ? 

De quoi ça parle :

Lazlo Lestrange, orphelin, travaille dans une gigantesque bibliothèque à Zosma. Depuis son plus jeune âge il rêve de découvrir la cité oubliée et ses mystères. Cette ville porte bien son nom. En effet personne en a entendu parler depuis 200 ans et son nom a disparu de la mémoire de tous. Un jour l’un de ses habitants vient implorer l’aide des érudits de Zosma. Lazlo saisit alors l’opportunité de cette expédition dans l’espoir de découvrir enfin les secrets de cette cité.

Comment ça nous est raconté:

Le lecteur a le point de vue de Lazlo mais aussi de Saraï  : fille de la déesse du désespoir. Certains chapitres sont parfois attitrés à d’autres personnages mais c’est occasionnel. Le style de l’auteure est addictif, les pages se tournent à une vitesse folle. Les 600 pages de ce livre se sont lues très rapidement.

Lazlo n’aurait pas pu appartenir plus complètement à la bibliothèque s’il avait été un ouvrage lui-même. Au cours des jours qui suivirent – puis des mois et des années, à mesure qu’il devenait adulte – , il fut rarement aperçu autrement qu’avec un livre ouvert devant lui. Il lisait en marchant. Il lisait en mangeant. Les autres bibliothécaires le soupçonnaient de lire aussi en somnolant, voire de ne pas dormir du tout. Les rares fois où il consentait à relever les yeux, il semblait toujours sortir d’un rêve.

Ce que j’en pense :

J’ai commencé ce roman avec un peu d’appréhension. J’en avais entendu tant de bien que j’avais peur qu’il ne soit pas à la hauteur de mes attentes.  Cette appréhension s’est vite transformée en addiction et je rejoins tout les avis enjoués que j’ai pu lire.

Les protagonistes ne sont pas du tout stéréotypés, Lazlo est un rat de bibliothèque rêveur aux traits anguleux et au nez cassé tandis que Saraï est certes une déesse mais son pouvoir est de s’introduire dans les rêves pour les changer en cauchemar. Vous vous doutez bien qu’avec ces deux personnages la thématique du rêve est omniprésente. À chaque fois que Lazlo tombe dans les bras de Morphée on ressent toutes les sensations provoquées par ses rêves. Lors de ces passages, la plume de l’auteure m’a donné un sentiment d’apesanteur, de calme et de douceur. La mythologie de ce monde est originale et bien utilisée. C’est pour moi un des principaux points forts de cet ouvrage.

Pour une fois la romance ne m’a pas gêné. Je ne peux pas dire que j’y ai pris goût mais elle est essentielle au bon déroulement de l’histoire. L’intrigue démarre trop lentement et au milieu du roman quelques longueurs se sont fait sentir, cependant tout se bouscule dans les cents dernières pages pour terminer par un renversement de situation plus que surprenant…

Si vous voulez voyager, rêver et tomber amoureux, lisez ce livre  !

Note :

  • originalité 90%
  • personnages 90%
  • histoire 85%
  • écriture 80%

N’hésite pas à mettre un commentaire 😉

%d blogueurs aiment cette page :