auteur : Sharon Cameron

    éditeur : Nathan

    pages : 468

    parution : (12/10/17)

    thèmes : Science fiction, dystopie

 

   

   

Notation :

Comment me suis-je procuré ce livre ?

Dans mon book haul d’automne j’ai choisi ce livre, déjà car il venait juste de sortir et en plus ce livre m’attirait par son résumé intrigant. Pourtant je n’apprécie pas forcément la Science Fiction et je n’en lis pas souvent. Je l’ai donc lu pour sortir de mes lectures habituelles.

résumé :

 

Nadia vit à Canaan, une ville où tous les douze ans ses habitants subissent l’oubli, un mystérieux phénomène qui efface leurs mémoires. Mais Nadia, elle n’a pas oublié. Elle se souvient que son père qui semblait pourtant l’aimer a falsifié son journal et ceux de ses sœurs et de sa mère. Ce journal permet de se souvenir de sa vie d’avant. Son père a profité de ce bouleversement pour l’abandonner. Un nouvel oubli s’approche et Nadia est prête à tout pour arrêter cette catastrophe et découvrir pourquoi son père a fait ça et d’où vient l’oubli.

 

Mon Avis :

 

J’ai trouvé la couverture très belle, elle est à la fois sobre par son fond noir mais aussi lumineuse par ces petites feuilles bleues qui semble tomber. J’aime beaucoup quand les livres sont personnalisés. À chaque début de chapitre des feuilles semblent jaillirent du livre et parfois une petite feuille sépare deux paragraphe. Ces feuilles bleues sont le symbole du livre.

 

J’ai démarré le livre avec une envie dévorante de tout savoir sur les origines de l’oubli. Malheureusement pour moi on commence à les découvrir vers la page 300 et d’autres grandes révélations n’arrivent que dans les dernières pages. J’ai trouvé que les écritures étaient écrites en gros caractères, c’est pour cela que malgré ses 450 pages ce livre a été lu très rapidement. La première partie est assez lente. Elle décrit le quotidien de Nadia mais elle permet de bien mettre en place l’histoire pour continuer avec de bonnes bases et passer un bon moment. Nadia est dans cette histoire très indépendante et courageuse, elle ose passer de l’autre côté des murs de la cité pour se ressourcer et respirer même si c’est interdit.

 

J’ai été déçu car je m’attendais à ce que l’auteur parle de la ville de Canaan et la décrive. Je trouve ça tout simplement effrayant d’oublier ses convictions, sa famille, ses amis et même sa vie. C’est ce qui m’a intrigué et m’a poussé à lire ce livre.

J’ai beaucoup aimé le lire et je le vous conseille.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :