auteur : Philip Pullman

    éditeur : Gallimard jeunesse

    pages : 544

    parution : (16/11/17)

    thèmes : fantastique, steampunk

À l’auberge de la Truite, tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Tous apportent leurs aventures et leur mystère dans ce lieu chaleureux. Certains sont étrangement intéressés par le bébé nommé Lyra et son dæmon Pantalaimon, gardés par les nonnes du prieuré tout proche. Qui est cette enfant ? Pourquoi est-elle ici ? Quels secrets, quelles menaces entourent son existence ? Pour la sauver, Malcolm et Alice, sa compagne d’équipée, doivent s’enfuir avec elle. Dans une nature déchaînée, le fragile trio embarque à bord de La Belle Sauvage, le bien le plus précieux de Malcolm. Tandis que despotisme totalitaire et liberté de penser s’affrontent autour de la Poussière, une particule mystérieuse, deux jeunes héros malgré eux, liés par leur amour indéfectible pour la petite Lyra, vivent une aventure qui les changera pour toujours.

Avant de commencer la lecture du dernier livre de Philip Pullman je me devais de lire sa saga culte : À la croisée des mondes, d’autant que La belle sauvage se situe dans le même univers. J’ai savouré chaque tome de cette série, cela faisait longtemps que je n’avais pas eu un si gros coup de cœur. Imaginez mon bonheur quand en déballant mes cadeaux à Noël j’ai découvert cet énorme pavé dont la magnifique couverture était orné du titre « La belle sauvage » en lettres d’or.

L’histoire se découpe clairement en deux parties. La première raconte le quotidien de Malcom. On découvre ses journées à l’école, ses rencontres à la Truite : l’auberge de ses parents, ses allers retours au prieuré. Cela peut paraître ennuyant pourtant c’est le moment que j’ai préféré dans l’histoire, j’ai dégusté chaque page. La vie de Malcom si ordinaire soit-elle m’a parue passionnante : découvrir sans cesse de nouvelles personnes de tous les coins de l’Angleterre, naviguer en canoë sur les rives de la Tamise…

Avant que le véritable périple commence on connaît déjà très bien les personnages principaux et secondaires. La seconde partie raconte la grande crue de la Tamise et la fuite de Malcom avec Lyra et Alice à bord du canoë « la belle Sauvage ». Cette seconde partie ponctuée de nombreuses actions et péripéties m’a aussi beaucoup plue.

 

« Pendant une minute, deux peut-être, rien ne se produisit, puis les bras fins de soeur Fenella tendirent à l’extérieur un petit paquet, qu’Asriel prit avec une délicatesse infinie. Le léopard se dressa sur ses pattes arrière et Asriel se pencha en avant pour que son daemon puisse s’adresser tout bas à celui de Lyra »

 

J’ai adoré Malcom. À 11 ans il est déjà très mature, curieux, altruiste, et qui plus est, aime lire. Cet enfant très attachant rencontre chaque jour de nouvelles personnes dans l’auberge de ses parents. Il n’hésite jamais à parler avec des inconnus ce qui lui forge une certaine maturité. Alice, exaspérante au début du livre, se révèle plus agréable alors qu’elle embarque sur « La belle sauvage » avec Malcom et Lyra. J’ai fini par l’apprécier malgré certaines de ses réactions.

Philip Pullman a une écriture magique. Il fait partie des auteurs dont j’apprécie le plus le style. Du début à la fin j’ai adoré. Son écriture est riche en détails. Ses belles descriptions nous donnent envie avec le menuisier du prieuré de construire des volets en chêne massif ou encore de repeindre l’insigne du canoë « La belle sauvage » avec Malcom.

 

Comme dans sa précédente série, Philip Pullman dénonce l’Eglise et ses valeurs conservatrices. Dans l’école de Malcom la ligue de saint Alexander s’est installée et incite les enfants à dénoncer leurs proches s’ils ne suivent pas à la lettre les dogmes religieux. La CDC, une terrible organisation apparentée à une police de l’Église sévit avec brutalité.

La belle sauvage est moins fantastique qu’À la croisée des mondes et c’est justement ce côté réaliste que j’ai tant apprécié. L’auteur parvient à faire passer certains éléments fantastiques pour des normalités. Certains lecteurs ont trouvé la première partie trop lente, pourtant je me suis délecté de la lecture de chaque page, la beauté des descriptions m’a comblée. J’attends avec impatience la sortie du second tome. Après la lecture de ce merveilleux ouvrage Philip Pullman se hisse au sommet de la liste de mes auteurs préférés.

  • orignalité 100%
  • personnages 99%
  • histoire 95%
  • écriture 100%
  • suspence 90%
%d blogueurs aiment cette page :