auteur : Erik Larson

   éditeur : Le livre de poche

   thèmes : Historique

   pages : 648

  parution : 2013

 1933. Sollicité par le président Roosevelt, William E. Dodd   accepte d’être le nouvel ambassadeur américain à Berlin. S’il   n’est pas diplomate mais historien, il a un solide atout : il est germanophone. Lorsqu’il débarque en Allemagne en juillet, sa femme et ses enfants l’accompagnent. Sa fille, Martha, 24 ans, succombe vite aux charmes du nazisme et plus particulièrement à ceux de Rudolf Diels, le chef de la Gestapo. Au fil des mois, les yeux de W. E. Dodd se dessillent. Il tente d’alerter le département d’Etat américain sur la vraie nature du régime. En vain. Martha, elle, s’éprend d’un espion russe, qui la convainc de mettre ses charmes et ses talents au service de l’Union soviétique. 

De quoi ça parle :

William Dodd est un bon citoyen américain, il est historien et son but ultime est de terminer avant de mourir son livre sur l’histoire du sud des États-Unis. En 1933 Roosevelt décide de l’envoyer en Allemagne en tant qu’ambassadeur. W.Dodd part avec toute sa famille. Lors de leur arrivée en Allemagne, le pays est en pleine révolution. En effet, le régime nazi est depuis peu en place. La famille Dodd va découvrir peu à peu le véritable visage du régime nazi et de ses dirigeants.

Comment ça nous est raconté:

Le style de l’auteur est simple mais très descriptif. Il n’y a presque aucun dialogue. En effet l’auteur fait intervenir les personnages à l’aide d’extraits de leurs journaux intimes. Ces extraits sont mis entre guillemets pour que le lecteur ne les confonde pas avec la narration. À l’époque beaucoup de personnes tenaient des journaux racontant leur vie. Et c’est à l’aide de tous ces témoignages que l’auteur a fondé son récit.

Ce que j’en pense :

Cet ouvrage est un vrai livre historique, rien n’est romancé. Tous les dires de l’auteur sont basés sur des documents datant de l’entre-deux guerres. En effet Erik Larson a fait un gros travail de recherche. Il a lu les journaux d’époque, les journaux intimes de nombreuses personnes, les lettres échangées, etc. À la fin du livre tous les documents utilisés par l’auteur sont cités sur environ quatre-vingts pages. C’est impressionnant.

Je me suis toujours demandé comment les pays étrangers avaient réagi devant la montée du nazisme. Pourquoi n’ont-ils pas étouffé dans l’œuf cette menace ? Ne l’ont-ils pas vu venir ? Toutes mes interrogations ont été éclairées dans cet ouvrage. Le lecteur assiste à la crainte des pays de recommencer une guerre qui soit encore plus meurtrière que la première. Ils font tout pour préserver la paix. Ce qui va finalement laisser aux Allemands le temps de se préparer pour une nouvelle guerre mondiale.

Le lecteur suit en majorité William Dodd et sa fille Martha Dodd. J’ai beaucoup aimé suivre Martha car c’est chez elle que l’on voit le plus l’évolution de son avis à propos de l’Allemagne nazie. Au début du livre, elle est séduite par ce régime et ses dirigeants. Elle se lie fortement à plusieurs dignitaires nazis. Elle refuse de croire à toutes ces rumeurs qui circulent. Pas à pas le lecteur observe le changement de son point de vue.

Plus de 600 pages d’histoire pourraient paraître long pour certains. Cependant Erik Larson arrive à captiver son lecteur du début jusqu’à la fin grâce à cette histoire méconnue du grand public.

 » Pour elle, cependant, la perspective de l’aventure qui les attendait balaya bientôt tout sentiment d’inquiétude. Elle savait peu de chose de la politique internationale et, de son propre aveu, ne se rendait pas compte de la gravité de ce qui se jouait en Allemagne. Elle voyait en Hitler « un clown qui ressemblait à Charlie Chaplin ». Comme beaucoup d’autres à l’époque, aux États-Unis et ailleurs dans le monde, elle ne pouvait imaginer qu’il resterait longtemps en place ni le prendre au sérieux. S’agissant de la situation des Juifs, elle était partagée. Inscrite à l’Université de Chicago, elle avait connu « la propagande subtile et sous-jacente parmi les étudiants en première année » qui prônait l’hostilité à l’égard des Juifs. Martha constata « que même beaucoup de professeurs supportaient mal l’intelligence brillante de certains de leurs collègues ou étudiants juifs ». Elle précise pour elle-même : « J’étais légèrement antisémite en ce sens : j’acceptais l’idée que les Juifs n’étaient pas aussi séduisants physiquement que les gentils et étaient socialement moins intéressants. » Elle adhérait également au cliché selon lequel si les Juifs étaient généralement brillants, ils étalaient leurs richesses et se mettaient trop en avant. En cela, elle reflétait l’opinion d’une proportion surprenante d’Américains, comme ce fut noté dans les années 1930 par des professionnels de l’art naissant des sondages. »

Note :

  • originalité 80% 80%
  • personnages 90% 90%
  • histoire 100% 100%
  • écriture 90% 90%

N’hésite pas à mettre un commentaire 😉

%d blogueurs aiment cette page :